Tout savoir sur la cuisine vietnamienne

0

La cuisine qui se mange à la baguette

Comme les Chinois, les Vietnamiens mangent à la baguette. Puisque le repas est synonyme de partage, les Vietnamiens ne distribuent pas de plats individuels, mais uniquement un grand plat commun dans lequel chacun se sert. D’ailleurs, si la pratique occidentale propose de déguster les plats les uns après les autres, pour les Vietnamiens les plats sont tous présentés en même temps sur la table.

Le dessert ne se sert pas après le repas, mais plutôt comme petit déjeuner ou comme goûter en fin d’après-midi. Le secret de la cuisine vietnamienne, c’est d’abord les épices et herbes locales qui sont à la base de leurs recettes si savoureuses, mais c’est surtout la subtilité de leurs cuissons. Pour eux, le repas c’est un témoignage de respect et d’honnêteté de la part de celle ou celui qui l’a préparé. C’est une cuisine complexe qui n’est ni trop grasse, ni trop épicée, ni trop sucrée, mais qui est savoureuse.

Les légumes et le riz sont considérés comme les bases alimentaires du Vietnam et sont souvent retrouvés dans leurs assiettes, mais cuisinés différemment. Une part importante de la population étant bouddhiste, les Vietnamiens accordent beaucoup d’importance aux plats végétariens, cependant ils préparent évidemment de la viande dont les plus cuisinées sont le bœuf, le poulet, le porc et le poisson, mais également des crustacés et des mollusques tels que les crevettes, les crabes, l’escargot et l’huitre. Dans des occasions spéciales, ils mettent au menu les viandes de chien, de chèvre, de serpent et de tortue qui sont d’après eux très appétissantes.

Les spécialités et recettes vietnamiennes

  • Les spécialités les plus connues du Vietnam sont sans doute :
  • Le nem ou « chả giò » qui est un rouleau de galette de riz farci avec du porc haché, crabe et crevette.
  • Le « Phở », soupe nationale vietnamienne préparée soit au poulet soit au bœuf.
  • Le « bo bun », salade vietnamienne.

Sans oublier le « ché », un dessert à base de haricots ou de grains de maïs immergé dans du lait de coco sucré.

A chaque région sa spécialité

La capitale, Hanoï, qui est au nord du Vietnam, est également la capitale culinaire réputée pour ses grillades de poisson au caramel « Cá kho », ses fritures de poisson au curcuma « Chả cá », sa poitrine de porc grillée « Bún chả », le « Mì xào » ou nouilles frites et garnies, « Bún thang » ou vermicelle de riz accompagné de poulet et enfin le gâteau de riz gluant « Bánh chưng ».

Le sud du pays a des goûts un peu plus sucrés et influencés par la cuisine thaïlandaise et chinoise avec sa soupe saïgonnaise « Hủ tiếu », ses vermicelles de riz au bœuf et au curry « Bun bo cari » et son ravioli de porc haché aux champignons noirs « Bánh cuốn ».

Quant au centre du pays, la terre n’est pas très exploitable cependant les touristes les plus gourmands retiendront la saveur du riz cuisiné dans du bouillon de poulet de « Hoi An » accompagné de poulet frit, d’oignon et de curcuma, ou encore la « bún bò Huế » qui est une soupe de nouille au bœuf spécialité de la ville de Huế.

Il ne vous reste plus qu’à déguster les spécialités vietnamiennes accompagnées de la sauce de poisson local extrêmement goûteuse à l’instar du « nuoc-mâm ». Une évasion culinaire garantie !

Partager

Ecrire un commentaire